19.04.2014

La maison de l'amour



il te faudra le plus long des couteaux

pour toucher mon cœur

et que tu tiennes tête au ciel longtemps

pour être ma sœur

si tu viens me voir un jour

dans la maison de l’amour

 

personne ne s’est jamais assis

de ce côté-ci de mon verre

mais qui pourra jamais prêter

son visage à mon frère

le roi est seul dans la cour

derrière la maison de l’amour

 

je porte en moi le poids de mille enfants

qui n’ont pas pu naître

ils tueraient leur père juste pour voir

la mer par la fenêtre

s’ils avaient droit de séjour

dans la maison de l’amour

 

ce que tu prends ne t’appartient

que le temps que tu tends ta main

mais donne ton âme à mes chiens et tu verras

ils te la rendront bien

si tu viens me voir un jour

dans la maison de l’amour

 

oh viens me voir un jour

dans la maison de l’amour

18.04.2014

Chien d'écrivain / 31 mai

17.04.2014

Mortadelles / Tableau 24

Mortadelles -- Tableau 24.jpg

16.04.2014

Ramon

 

j’étais Ramon le mal rasé

ramonant la femelle

dans un arbuste empoussiéré

du parc Jeanne-Mance

après le bar

ses considérables totons blancs

frémissaient au printemps

de Montréal

et les petits poils érectiles

si tragiquement vulnérables

si dérisoires

de son trou du cul

dans le vent

quand j’ai vu

en redressant la tête

la noire baleine du Mont-Royal

ce corps monstrueux

gigantesque

affalé dans la nuit cosmique

ça m’a comme saisi

ç’a été plus fort que moi

je me suis senti monter

une sorte de dégoût

pour le doux entonnoir

qui s’efforçait de me divertir

il y avait nos râles risibles

et le rire puissant

silencieux

indifférent

de l’horloge broyant les espèces

dans l’inanité de la machine Univers

15.04.2014

Le tribunal des jours / 07-07-99

14.04.2014

Cherchez et vous trouverez

Je n’ai jamais dit que ce que j’aime dans le sexe, c’est tout ce qui ne s’y trouve pas.

13.04.2014

Mortadelles / Tableau 25

Mortadelles -- Tableau 25.jpg

12.04.2014

Belle de nuit

 

le drap est gris et zébré de rides

la ville s’est tue la bouteille est vide

mais la poudre blanche et les billets de cent

attisent ses sens et font danser son sang

 

sa robe est en boule dans un coin

son slip et ses bas sont un peu plus loin

la nuit est plus chaude que le matin

sa peau est si douce sous ses mains

 

une ombre longue s’est tapie

dans la rue sombre sous la pluie

 

sa langue est molle et lente et lisse

un doigt se glisse entre ses cuisses

sa fente s’ouvre et ses yeux se ferment

sa main se fait un peu plus ferme

 

la salive mouille ses lèvres

son dos se cambre ses jambes s’élèvent

mais quel est ce bruit qu’elle a entendu

une ombre est là qu’elle n’avait pas vue

la femme s’affole l’homme sourit

dans l’obscurité une arme luit

 

la nuit est noire le drap devient rouge

le silence est lourd plus rien ne bouge

 

une balle est si vite perdue

demain le coupable aura disparu

une balle est si vite perdue

demain le coupable aura disparu

demain le coupable aura disparu

demain le coupable aura disparu

11.04.2014

Chronique Botanique, 1

10.04.2014

Autoportrait, 4

Autoportrait, 4.jpg