Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16.05.2016

Euroquois

sv.jpg

08.05.2016

Comme un poète

 

je suis un sans abri fiscal / je ne m’en porte pas plus mal / c’est normal d’être anormal / au temps du temps du Grand Chacal

je dis que mon nom est nombreux / et je dis que je suis de ceux / qui gagnent à jouer un autre jeu / que le jeu qu’on veut jouer pour eux

j’ai dansé comme une oriflamme / au-dessus de l’organigramme / j’ai vu les maîtres moi madame / les tuer était mon programme

enivre-moi délivre-moi / de mes livres et de mes émois / que mon savoir me laisse froid / que ma blessure me fasse roi

je veux mourir comme je vis / dans la langue dans laquelle je chie / sans drapeau si ce n’est celui / de ton collant noir dans la nuit

j’ai le temps d’étreindre le feu / pour mourir jeune je suis trop vieux / et si E = mc 2 / pourquoi aurais-je besoin d’un dieu

je sais que plus c’est moins mieux c’est / et que pour vivre je vivrai / les mains vides et libre et léger / comme un poète sans papiers

13:37 Publié dans Q / (d)cd | Lien permanent | Commentaires (0)

30.03.2016

Rien à dire

 

j’ai répudié la reine / et fait taire les sirènes / qui pourrait me séduire / je n’ai plus rien à dire

j’ai cassé les icônes / les statues aux yeux jaunes / rien ne peut plus me nuire / je n’ai plus rien à dire

qu’ont-ils fait de mes livres / mon beau jardin de givre / j’ai perdu mon empire / je n’ai plus rien à dire

la maison du silence / est pleine de l’absence / qu’on veille ou bien qu’on dorme / elle n’a jamais de forme / et c’est sans importance / mais pendant que j’y pense / il me faut te le dire / je n’ai plus rien à dire

13:00 Publié dans Q / (d)cd | Lien permanent | Commentaires (0)

25.03.2016

Les regrets de la belle heaulmière

 

le front ridé, les cheveulx gris, / les sourcilz cheuz, les yeulx estainctz, / qui faisoient regars et ris, / dont maintz marchans furent attaincts ; / c’est d’humaine beauté l’yssues ! / les bras courts et les mains contraictes, / les espaulles toutes bossues ; / mammelles, quoy ! toutes retraictes.

ainsi le bon temps regretons / entre nous, povres vieilles sottes, / assises bas, à croppetons, / tout en ung tas comme pelottes, / à petit feu de chenevottes, / tost allumées, tost estainctes ; / et jadis fumes si mignottes !... / ainsi en prend à maintz et maintes.

quand me regarde toute nue, / et je me voy si très-changée, / povre, seiche, mesgre, menue, / je suis presque toute enragée. / ha ! vieillesse felonne et fière, / pourquoy m’as si tost abatue ? / que me tient que je ne me fière, / et qu’à ce coup je ne me tue.

Texte : François Villon / Adaptation : Serge Viau

19:11 Publié dans Q / (d)cd | Lien permanent | Commentaires (0)

27.02.2016

Parlez-moi d'amour

Paroles & Musique : Jean Lenoir

14:55 Publié dans Q / (d)cd | Lien permanent | Commentaires (0)

26.01.2016

Trou d'homme

 

j’étais tout barbouillé de nuit / comme si la vie m’avait sali / sans poésie sans mon opium / homme troué dans un trou d’homme

et ce chagrin silencieux / incommensurablement vieux / était-ce le ver ou la pomme / était-ce moi dans un trou d’homme

les arbres morts les chiens perdus / les putains tristes dans les rues / qui saurait dire ce qui me nomme / qui sait ce que c’est qu’un trou d’homme

21:49 Publié dans Q / (d)cd | Lien permanent | Commentaires (0)

13.01.2016

La main de Dieu

 

ces gens n’ont pas de visage / ce ne sont que des images / dans la tête des bourreaux / pour la une des journaux

le bourreau est un martyr / il va tuer et mourir / ce n’est pas un assassin / c’est son Dieu qui tient sa main

20:18 Publié dans Q / (d)cd | Lien permanent | Commentaires (0)

28.12.2015

Tu danses (avec la nuit)

 

tu danses danses dans la nuit / tu danses comme danse la pluie / la ville est vide le vent est gris / tu danses danses avec la nuit

tu as tué ton ennemie / mangé son cœur brûlé son lit / elle était belle comme la folie / et puis cruelle comme elle aussi

tu danses danses dans la nuit / la bouteille sur la table luit / tes yeux sont rouges et tu souris / tu danses danses avec la nuit

19:57 Publié dans Q / (d)cd | Lien permanent | Commentaires (0)

07.12.2015

Défense de voir

 

les bras où j’ai demandé / le statut de réfugié / n’étaient qu’un piège je sais / ils en avaient la beauté

quand la maison est bâtie / le malheur y entre aussi / ton cœur est une prison / l’amour est ta punition

je te le dis mon ami / tant qu’il y a de la vie / il y a du désespoir / quelque part dans le miroir

19:41 Publié dans Q / (d)cd | Lien permanent | Commentaires (0)

10.11.2015

Shanghai

 

j’étais l’ingénieur du délire / les mots ne pouvaient pas mentir / même en enfer c’était ma fête / quand c’était Shanghai dans ma tête

combien coûtera le téléphone / quand il n’y aura plus personne / quelle importance me dit la bête / ce sera Shanghai dans ta tête

ce n’est pas la mort qui nous tue / mais c’est la vie le comprends-tu / même immobile rien ne m’arrête / c’est encore Shanghai dans ma tête

13:00 Publié dans Q / (d)cd | Lien permanent | Commentaires (0)